L’autonomie énergétique de la Réunion souhaitée pour 2030

Rédigé par Marie Colin | Le 19 juillet 2014 à 09:00
autonomie énergétique Réunion smart gris

  Un colloque intitulé « les îles et le changement climatique : opportunités, résilience, adaptation » a été lancé ce mardi 24 juin 2014 à La Réunion. L’occasion de réaffirmer un objectif : l’indépendance énergétique pour 2030.

Les smart grids au cœur de cette indépendance

Ce rassemblement, structuré autour des problématiques de gestion électrique en milieu insulaire, accueille pour invité d’honneur Nicolas Hulot, spécialement envoyé pour l’occasion par François Hollande. Il a pour but de résoudre la problématique qui touche la Réunion, mais aussi des îles comme la Guadeloupe ou la Martinique : l’isolement les oblige à produire l’électricité consommée sur place.

L’île de la Réunion continue à l’occasion de ce colloque de réaffirmer son objectif d’indépendance vis-à-vis des importations de matières fossiles d’ici 2030. L’île compte déjà sur un mix énergétique largement renouvelable : 35% de l’électricité produite vient de sources renouvelables (barrages hydrauliques, éolien, photovoltaïque).

Pour répondre à cette production importante d’énergie renouvelable, le questionnement sur le stockage de l’électricité fait sens. En effet, étant donné que la proportion d’énergies intermittentes dépasse les 30%, les risques de coupures d’électricité sont très élevés. Ces contraintes permettront à La Réunion de devenir un laboratoire à ciel ouvert en termes d’EnR innovantes, mais surtout de stockage d’électricité et de réseaux intelligents « smart grids ».

Source

0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire