L'objectif smart grids du Royaume-Uni déjà en échec ?

Rédigé par Bastien Olivennes | Le 23 mars 2015 à 08:00
smart grids Royaume-Uni Cameron

Le Royaume-Uni s'est fixé un objectif difficile à réaliser avec la mise en place de compteurs intelligents dans tous les foyers et les entreprises du pays d'ici à 2020. Un nouveau rapport du ministère de l'Énergie et du changement climatique (DECC) et du Comité des changements climatiques (CETC) affirme, en effet, qu'un manque de planification aurait mis le plan en péril.

« Le temps est compté pour le plan du gouvernement visant à installer des compteurs intelligents dans chacun des 30 millions de foyers et entreprises du Royaume-Uni, d'ici 2020 », affirme Tim Yeo, député et président du CETC. « Les compteurs intelligents pourraient générer plus de 17 milliards de livres [plus de 23,5 milliards d'euros] d'économies d'énergie pour le pays si une série de problèmes techniques n'avaient pas entraîné des retards dans le déploiement prévu. »

Tim Yeo explique que lorsque le comité avait dans un premier temps examiné le plan de déploiement smart grids il y a deux ans, les membres avaient demandé au gouvernement de s'attaquer à quelques défauts.

« Bien que certains progrès aient été accomplis depuis, ce n'est pas assez », a-t-il ajouté. « L'industrie de l'énergie nous a affirmé son besoin d'être appuyée par le gouvernement, afin de développer des solutions en coalition, plutôt que l'alternative moins efficace de laisser chaque fournisseur d'énergie développer sa propre solution. »

Le déploiement de compteurs intelligents au Royaume-Uni comprendra 53 millions de dispositifs dans 30 millions de foyers et entreprises, et devrait commencer en 2015. Le DECC estime que le coût initial pour les clients sera autour de 10,9 milliards de livres [plus de 15 milliards d'euros], mais les économies s'attendent à une somme avoisinant plutôt les 17,1 milliards [23,6 milliards d'euros].

« Ces problèmes de politique sont symptomatiques d'un programme national dont le gouvernement a laissé une grande partie de la gestion à des fournisseurs, sans le faire avancer efficacement », souligne le rapport. « Par conséquent, nous ne croyons pas qu'un déploiement quasi-universel de compteurs intelligents sera effectif d'ici 2020. »

Selon le CETC, les problèmes non résolus par le gouvernement comprennent l'incapacité de trouver un moyen de communiquer avec l'usage multiple et les immeubles de grande hauteur, ainsi qu'une inaptitude à résoudre les problèmes de compatibilité entre les fournisseurs et les différentes marques de compteurs. Les problèmes d'interopérabilité entre les compteurs sont anciens, et résulteraient d'un manque d'interaction entre les fournisseurs. Le rapport a également indiqué une « réticence à améliorer la transparence » entre toutes les parties.

Reprendre les rênes

« Le gouvernement est à un carrefour sur sa politique de compteurs intelligents », ajoute Yao, « il peut poursuivre son approche et risquer l'embarras du désengagement public sur une politique énergétique phare, ou il peut reprendre les rênes, et orienter le secteur de l'énergie le long d'un chemin qui apporterait d'énormes avantages au pays. »

Selon ce rapport, il y avait 543 900 compteurs intelligents domestiques fonctionnant en mode intelligent en septembre 2014, ce qui représente 1,2 % de tous les compteurs domestiques exploités par les grands fournisseurs.

source

0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire