Des investissements venus de l'extérieur pour aider l'Égypte à développer le renouvelable

Rédigé par Vincent Gaillard | Le 22 janvier 2015 à 09:29
Égypte renouvelable investissement access infra africa

Bien que l'Égypte ait beaucoup de réserves de pétrole et de gaz, il y a quelques années le pays s'est engagé à extraire d'ici 2020, 20 % de son énergie via des sources renouvelables. Cependant, les années de troubles civils ne l'ont pas aidé à s'engager dans la bonne voie. Il reste une solution : l'aide de l'investissement extérieur. Ainsi, le pays reprendra ses plans de mix énergétique.

L'Égypte a un avenir dans le renouvelable

Access Infra Africa, une alliance entre la société des Emirats-Arabes-Unis Access Power Company et le spécialiste français du renouvelable EREN, prévoit d'investir au minimum 350 millions de dollars dans des projets solaires et éoliens au cours des deux à trois prochaines années.
 
À une certaine époque, l'Égypte exportait du pétrole et du gaz, mais ses ressources sont de plus en plus utilisées à l'intérieur du pays pour tenter de satisfaire la demande sans cesse croissante en électricité. Alors que les énergies renouvelables n'ont pas encore remplacé les combustibles fossiles, les autres sources de puissance sont les bienvenues.
 
Access Infra Africa figure parmi les près de 140 entreprises qui ont été autorisées par le gouvernement égyptien à développer des projets solaires et éoliens. Daily News Egypt a récemment indiqué que l'alliance a réservé 500 millions de dollars d'investissement en Afrique et l'Égypte devrait pouvoir bénéficier d'un grand pourcentage de cette somme.
 
Le PDG d'Acces Power, Reda El-Chaar, a déclaré : « Pour mettre en œuvre des projets, nous allons avoir des partenaires locaux et nous étudierons la possibilité de former une alliance avec de grandes entreprises qui cherchent à mettre en œuvre des projets pour le compte de tiers. »
Initialement, Access Infra Africa développe des projets qui génèrent 300 mégawatts d'énergie éolienne et d'énergie solaire, d'autres solutions sont cependant en gestation.
 
Les combustibles fossiles continueront de fournir la majorité de la puissance en Égypte, néanmoins le gouvernement a affirmé l'année dernière qu'il désirait réduire ce recours d'environ 30 % dans les cinq à six prochaines années.
 
 
0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire