Energie : les Etats-Unis font le choix de l’environnement

Rédigé par Marie Colin | Le 18 novembre 2013 à 08:13
Etats-Unis charbon smart grids gaz de schiste

Aux Etats-Unis, les jours du charbon sont comptés. Energie fossile particulièrement polluante, son utilisation devient de plus en plus obsolète. Au contraire, le pays se tourne vers d’autres sources d’énergie et met les smart grids au cœur de son système.

Les smart grids au cœur du nouveau système énergétique américain

L’image des Etats-Unis, pays mettant l’énergie bon marché au sommet de ses priorités loin devant les considérations écologiques, apparaît de plus en plus erronée. En effet, malgré l’intense travail de lobbying de l’industrie du charbon, et le développement d’un « charbon propre », cette source d’énergie est de moins en moins utilisée. Fortement critiquée pour son impact environnemental désastreux et l’inefficacité patente de ce charbon « vert », son avenir est sombre, même dans les régions productrices comme l’Illinois.

Par conséquent, le pays entend profiter de ses importantes réserves en gaz de schiste, aujourd’hui accessibles par le biais de la fracturation hydraulique, utiliser à plein régime ses centrales à gaz naturel et tirer profit de la baisse des coûts de l’énergie solaire. En outre, la distribution d’électricité sera assurée dans le cadre du déploiement des smart grids, outil incontournable de la conservation et de la rationalisation de l’énergie, qui permettra en outre de réduire encore davantage le recours au charbon.

1 Commentaire(s)
  1. Quel optimisme béat ! Certes, les États-Unis sont n°1 de la production d'électricité à partir de l'éolien et de la biomasse et n°3 pour le solaire, mais la consommation de charbon, après avoir baissé en 2011 et 2012 à cause de la baisse des prix du gaz, a remonté de 4 % en 2013 car les prix du gaz ont remonté à la suite du début de dégonflement de la bulle spéculative des gaz de schistes, lorsque les producteurs se sont aperçu que l'exploitation du gaz de schiste coutait bien plus cher que prévu, sans parler des émissions massives de méthane causées par la fracturation hydraulique et des autres graves atteintes à l'environnement de cette technique qui devrait être abandonnée au plus vite dans l'intérêt de tous.
    JANUEL | Le 03 juin 2014 à 15:44

Laisser un commentaire