Les smart-grids, notre meilleur espoir contre le réchauffement climatique ?

Rédigé par Mélissa Petrucci | Le 23 janvier 2014 à 10:30
Bloomberg smart grids solaire technologies

Bloomberg New Energy Finance a publié son panorama 2013 du secteur des nouvelles solutions énergétiques. Premier constat, si les investissements sont globalement en baisse, tous les pays ne sont pas touchés de la même manière par cette réduction des crédits. Lorsqu’on regarde plus précisément, la crise affecte tous les acteurs de l’énergie, mais épargne relativement les smart grids et le solaire.

254 milliards de dollars d'investissement

Les ENR et les smart grids représentent 254 milliards de dollars d’investissement dans le monde. Les estimations de Bloomberg dénoncent pourtant une baisse des financements octroyés aux solutions vertes sur la planète pour la seconde année consécutive.

Pour la première fois depuis le début du siècle, la Chine a également réduit ses efforts pour le secteur énergétique de 3,8% tandis que les États-Unis baissaient le niveau de leurs financements de 8,1%. Des réductions presque insignifiantes comparées à celle enregistrée en Europe. Le vieux continent voit les montants alloués à l’innovation dans ces filières diminuer de 41%.

Cependant l’étude précise également que l’énergie solaire tout comme les smart grids continuent de séduire les investisseurs. Ainsi, « les volumes » auraient augmenté pour ces deux activités selon Les Echos ; plus précisément, «  les technologies intelligentes de l'énergie, telles que les réseaux intelligents, le stockage, les véhicules électriques et l'efficacité énergétique, ont attiré 34,6 milliards de dollars d'investissement en 2013 contre 32,7 en 2012 » .

Pour l’énergie solaire, le secteur est essentiellement soutenu par les industriels chinois et américains alors que les Allemands ont annoncé la fin des mécanismes de subventions au photovoltaïque notamment. Pourtant, l’offre française reste compétitive comme l’a encore montré l’accord conclu entre l’État du Texas et Edf Renewable pour les 194 MW du le site de Spinning Spur 3. Comme le confiait le président du syndicat enerplan, il est donc urgent de « donner au photovoltaïque français une assise nationale forte ».

0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire