La Grande-Bretagne promet des millions pour l'Internet des Objets et les villes intelligentes

Rédigé par Julien Jormot | Le 28 mars 2015 à 19:00
Grande-Bretagne investissement Internet des Objets smart cities

Le Royaume-Uni cherche à devenir un acteur majeur dans l'avenir de la technologie, y compris dans l'Internet des Objets et les villes intelligentes. Lors de son dernier discours à propos du budget de l'État, le chancelier George Osborne a annoncé des investissements dans les technologies, dont 100 millions de livres (137 millions d'euros) pour le développement de la voiture sans conducteur, 40 millions (55 millions d'euros) pour l'Internet des objets, et 140 millions (191 millions d'euros) pour la croissance des villes intelligentes.

« C'est la prochaine étape de la révolution de l'information, la connexion de tout, du transport urbain aux dispositifs médicaux, en passant par les appareils ménagers », a expliqué M. Osborne.

Le Chancelier n'a pas précisé si les fonds seraient consacrés à la recherche ou à l'infrastructure, ou s'ils seraient investis d'une autre façon. La priorité dans le secteur de la technologie était à la base un investissement dans le haut débit – d'une valeur de 600 millions de livres (819,5 millions d'euros) - mais la technologie de voiture sans pilote pourrait finalement prendre la tangente et devenir le nouveau cheval de bataille d'Osborne. En février dernier, le gouvernement publiait un rapport sur le potentiel de ces voitures.

« Les voitures sans conducteur rendent nos rues plus sûres, nos voyages plus rapides, et rendent la route accessible à ceux qui sont actuellement incapables de conduire », affirmait ainsi la Sous-Secrétaire chargée des Transports, Claire Perry.

George Osborne a ensuite mentionné l'Internet des objets, mais il n'a pas expliqué grand-chose sur la façon dont il devrait l'utiliser - sauf dans un contexte de maison intelligente.

Le représentant du gouvernement a également promis 140 millions de livres pour « une recherche d'envergure mondiale sur l'infrastructure et les villes de l'avenir », il n'a cependant pas précisé son plan smart cities. Quelques villes du Royaume-Uni sont déjà quelques pas devant lui, et ont commencé à travailler sur le devenir intelligent. L'Université de Bristol travaille sur la mise en œuvre de la technologie à puce dans sa ville. La société de gestion du déploiement, Bristol is open (BIO), a expliqué : « Cette nouvelle initiative permettra de créer un réseau à grande vitesse expérimental où les entreprises de technologie, organismes de recherche et petites et moyennes entreprises seront en mesure de développer et d'expérimenter avec la prochaine génération de technologie de réseau, la création d'un banc d'essai dans le monde réel devrait aider à comprendre des questions telles que la mobilité, la santé et l'efficacité énergétique dans la ville moderne ».

Investissement nécessaire pour rester dans la course

Le plan budgétaire du chancelier Osborne est un grand chambardement pour le Royaume-Uni, il est néanmoins nécessaire si le pays désire avoir un rôle dans l'avenir des villes intelligentes et dans l'Internet des Objets. Les détails de ce plan ne sont pas encore connus, mais nul doute que ceux-ci seront à la mesure du budget qui leur est consacré.

source

0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire