Internet des objets : Freescale ouvre ses portes toulousaines

Rédigé par Vincent Gaillard | Le 15 juillet 2014 à 11:45
Internet des objets / France / Toulouse / Freescale

C’est à l’occasion de sa journée portes ouvertes Techday que l’entreprise américaine Freescale a exposé ses innovations en matière d’électronique embarquée. Des programmes qui ne tarderont pas à surfer sur la vague du succès. 

"Il faut fournir de nouvelles solutions" 

À Toulouse, sur le plus grand centre de recherche et développement de Freescale, a eu lieu une journée portes ouvertes pour présenter applications et innovations de l’électronique embarquée aux professionnels du secteur. Ils ont entre autres pu découvrir une liseuse numérique capable de deux mois d’autonomie ou encore un radar embarqué dans un véhicule pour prévenir les accidents.

Le leader mondial des microcontrôleurs embarqués avec ses 4 milliards d’euros de chiffres d’affaires en 2013 voit l’avenir dans le marché de l’Internet des objets. « Le processeur est aujourd’hui au cœur des réseaux, ainsi que les capteurs, tout ce qui touche au processus analogique », déclare Denis Blanc, le directeur général de Freescale France.

Il ajoute qu’« il y a une croissance de l’électronique dans l’automobile, l’industrie, le médical, car on demande des processeurs toujours plus performants pour les réseaux mis en place. Il faut donc fournir de nouvelles solutions, avec des circuits toujours plus petits qui consomment toujours moins. » En effet, ce sont 50 millions d’objets qui seront connectés dans le monde en 2020.

Et il faut dire qu’en termes d’innovations, l’entreprise n’est pas en reste. Elle travaille par exemple sur le développement de chargeurs sans fil de portables.  « À terme, on peut imaginer une zone de chargement sur le tableau de bord d’une voiture ou même dans l’accoudoir », explique Philippe Mangaud, ingénieur. « Certains fabricants de coques s’intéressent déjà à cette technologie ».

Le groupe travaille également sur un radar qui transforme son véhicule en cocon, capable de visionner les gestes à 360 degrés dans un rayon de 200 mètres. En somme, c’est un petit pas en avant pour la construction de la ville du futur, intelligente et sécurisée. 

source

0 Commentaire(s)
    Aucun commentaire pour le moment, soyez le premier !

    Laisser un commentaire